0033 (0)1 84 800 400 devis@medespoir-clinique.com

De nos jours, les deux principaux médicaments sont le minoxidil et le finastéride, mais tous deux ne sont que marginalement efficaces pour stopper la perte de cheveux et ne peuvent pas l’arrêter complètement. En outre, les deux médicaments ont des effets secondaires désagréables, le finastéride ne convenant pas aux femmes et étant connu pour induire des troubles de l’érection chez certains hommes.

L’une des principales raisons pour lesquelles nous ne disposons pas d’un moyen efficace de prévenir la chute des cheveux est que nous comprenons encore étonnamment peu les mécanismes moléculaires qui sous-tendent la croissance et la chute des cheveux humains. Chaque follicule pileux de notre cuir chevelu est un organe miniature, qui suit son propre cycle rythmique de croissance, de régression et de repos tout au long de notre vie.

Avec l’âge, certains d’entre eux deviennent sensibles aux hormones du cuir chevelu, notamment la dihydrotestostérone ou DHT, qui se lie aux follicules et les miniaturise jusqu’à ce qu’ils ne produisent plus de cheveux visibles. Cependant, nous ne savons presque rien sur la façon dont ce processus de miniaturisation se produit, ni sur les moyens de le prévenir.

Les recherches en traitements contre la calvitie

Selon le professeur Ralf Paus, dermatologue à l’université de Manchester, cela est dû au fait que la perte de cheveux est encore largement considérée comme un problème cosmétique, plutôt que comme une maladie. C’est pourquoi, dans le monde occidental, ni l’industrie ni les organismes de financement universitaires n’ont accepté de consacrer des sommes importantes à la recherche sur les cheveux. Malgré l’ampleur de la demande des patients, ils ont été dissuadés par le fait que tout médicament qui arrive sur le marché a peu de chances d’être couvert par les compagnies d’assurance.

D’importants fonds ont été versés à la recherche sur le cancer et les maladies cardiaques dans la société pharmaceutique. Toutefois, ces investissements n’ont tout simplement pas été faits sérieusement dans la recherche capillaire.

Bien que la perte de cheveux puisse avoir un impact psychologique indéniable sur les malades, elle ne peut pas être comparée à des maladies chroniques mortelles, dont beaucoup sont incurables.

Mais il y a de plus en plus d’espoir pour les personnes qui perdent leurs cheveux, car si nous ne sommes pas près de trouver un moyen de prévenir la calvitie, les scientifiques mettent au point des méthodes de plus en plus novatrices et ingénieuses pour remplacer ou régénérer les cheveux perdus comme:

  • les techniques de greffe cheveux (FUT, FUE ou DHI)
  • les techniques de stimulation de la repousse capillaire (injections de PRP cheveux et mesothérapie)